Le Journal de Mourréal n’a pas dit son dernier mot

Cette affaire prend une toute nouvelle tournure alors que l’on apprenait, vendredi, que c’était maintenant le site de fausses nouvelles Le Journal de Mourréal qui entamerait une poursuite judiciaire contre Le Journal de Montréal pour concurrence déloyale.

Une histoire qui n’a pas fini de nous étonner. Le tabloïd montréalais avait déjà intenté une poursuite envers son homologue satirique l’été dernier. Les profits octroyés par les parodies, la plupart obtenues à l’aide de publicités, ont été remis au Journal de Montréal et le site de fausses nouvelles poursuit son existence de manière non lucrative.

Nous pensions cette histoire terminée, mais voilà qu’un revirement surprenant nous confirme plutôt l’inverse. Le litige continue de faire couler de l’encre.

C’est de la concurrence déloyale!

Cette fois, c’est Le journal de Mourréal qui entame les poursuites. La propriétaire du site, Véronique Lacasse, se confie: « Depuis quelques temps, l’écosystème médiatique regorge de nouvelles aussi absurdes qu’incongrus. Pour moi, c’est un problème. C’est de la concurrence déloyale! Lorsqu’une vraie nouvelle est si improbable qu’elle semble fausse, je perds des lecteurs aux profits de mon compétiteur (Le Journal de Montréal). »

Madame Lacasse est en colère. Après avoir perdu des dizaines de dollars en revenus publicitaires, c’est maintenant sa base de lecteurs qui la délaissent pour le Journal de Montréal.

On a du mal à rivaliser contre la bêtise humaine.

« On a du mal à rivaliser contre la bêtise humaine. Comment puis-je inventer de fausses nouvelles alors que les vraies nouvelles sont plus invraisemblables que jamais! »

C’est ce qui a motivé Madame Lacasse a remettre vendredi, en début d’après-midi, une demande d’injonction à un juge de la Ville de Montréal. Cet ordre de la cour, si elle est acceptée, restreindra le Journal de Montréal a fournir des nouvelles perçues comme étant crédibles et vraisemblables.

1 Comment Posted

  1. Pas étonnant que le Journal de Montréal s’attire des ennuis, puisque c’est vrai que les nouvelles c’est rendu que ça tire sur le ridicule.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée


*