Alexandre Despatie n’a pas participé aux jeux de Rio en raison de son commanditaire

Rencontré à son domicile de Saint-Lambert, l’ex-champion de plongeon et médaillé olympique Alexandre Despatie a confié être peiné par le fait de ne pas représenter le Canada pour les jeux olympiques de Rio de Janeiro.

La carrière d’Alexandre Despatie fut parmi les plus médiatisées pour un athlète canadien. Il a gagné pour la dernière fois une triple médaille d’or aux jeux olympiques du Commonwealth de 2010. Depuis maintenant six ans, Alexandre n’a ramené aucune médaille au Canada.

Cet athlète prodige est un passionné du plongeon, si bien qu’il en a fait son métier. Et comme il est difficile de gagner sa vie par le sport, il faut nécessairement trouver un commanditaire qui acceptera de verser des bourses en échange d’une publicité.

Si c’était à refaire, je refuserais.

C’est alors qu’en 1999, MacDonald’s se propose fièrement de supporter cet athlète canadien. Alexandre accepte. Il pourra réaliser son rêve. « J’avais besoin d’argent et vite. Je n’ai pas calculé les risques… », raconte l’ancien athlète. En effet, Alexandre Despatie nous a raconté avec émotion la terrible réalité à laquelle il doit aujourd’hui faire face: « Les bourses étaient très intéressantes. J’avais de l’argent pour payer un entraîneur qui était là avec moi, chaque jour. Mais aussi, je pouvais manger gratuitement à chaque fois que j’allais chez MacDo [Mac Donald’s]. Si c’était à refaire, je refuserais. Je n’aurais pris que les bourses. »

C’est à ce moment-là que j’ai compris que je ne ferais plus de jeux olympiques.

Lorsque l’entraîneur d’Alexandre faisait partie de son quotidien, les conseils de celui-ci et les connaissances de l’athlète suffisaient à l’éloigner du restaurant. Toutefois, entre deux jeux olympiques, il y a une pause afin de permettre aux athlètes de souffler. C’est là qu’Alexandre a profité de son privilège chez MacDonald’s. « C’est aussi à ce moment-là que j’ai commencé à prendre du poids », raconte-t-il en sanglot. « C’est aussi à partir de ce moment que j’ai compris que je ne ferais plus de jeux olympiques. J’avais négligé mon corps et je n’étais plus assez svelte pour plonger. »

Lorsqu’il regarde les jeux de Rio, Alexandre a les yeux pétillants. Il est fier des athlètes masculins canadiens en plongeon; Maxim Bouchard, Philippe Gagné et Vincent Riendeau. « Je les ai tous rencontrés et je crois en nos chances de ramener une médaille d’or au Canada. J’aurais aimé pouvoir être avec eux là-bas. »

1 Comment Posted

  1. J’ai croisé Alexandre dans la cuisine d’un autre restaurant. À cause qu’il ne peut plus être un athlète, il a dû se recycler en plongeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée


*